Françoise Blain trouve son équilibre avec la porcelaine et ses recherches sur l’émail.La porcelaine à toutes ses étapes:de sa douceur lors de la conception des pièces,  à la blancheur après cuisson. La pureté de cette matière accentue la lumière, la révèle, la renvoie.
Françoise accorde son rythme de vie à la durée de travail inhérente à la porcelaine. Ralentir,prendre le temps.

Et la recherche en émail, comme une quête de couleur pour un verrier.

Trouver cette peau douce,satinée qui enveloppera ses pièces comme une robe épousant le corps d’une femme est parfois le chemin d’une vie.

Un émail épais, profond,voluptueux, onctueux, tel l’écume d’une vague nappant la plage. Françoise admire cette vibration née de la
fusion de différents minéraux,de ces éléments terrestres, visqueux au feu , vitrifiés au refroidissement  épousant le corps 
de la pièce. La céramique lui permet d’être au plus près d’elle, à l’opposé de la société qui formate, éloigne l’humain de lui-même .

En pratiquant la terre elle dévide la bobine de pièces qui la révèle , confirmant la pensée de Rilke : « façonner et former , une manière de vivre , une félicité , une pureté qui nous éduque, nous construit « .

En se penchant sur la terre, elle s’élève, touche sa vérité, ses valeurs profondes .

Bernard David